Le club photo

Classé dans : Les articles de Philippe | 0

J’ai participé, pendant de très nombreuses années, aux réunions de clubs photos. Mon père, très tôt disparu, était lui-même photographe amateur et assistait aux réunions de son club : l’Union Photographique Rémoise.  En ce temps-là, la prise de vue, le développement de la plaque de verre puis de la pellicule et le tirage sous l’agrandisseur n’étaient pas à la portée du premier venu. Le club photo était indispensable pour l’apprentissage de la photographie. Il est intéressant de constater que différentes classes sociales se sont succédées dans les clubs photos au fur et à mesure que cet art se démocratisait.

Aux grandes heures de l’argentique, l’époque était au contrôle social, souvent utile, parfois pesant. Le collectif “encadré et hiérarchisé” était la norme. L’indépendant personnifiait l’égoïste, l’ennemi de classe, voir le dissident. Les clubs photos ont souvent été marqués dans leur fonctionnement par cette approche très collective. Tout le monde fait la même chose en même temps sous le regard du chef, le président. Alors, les adhérents prennent des photos sur un thème imposé puis les regardent et les critiquent ensemble en séance. Et le processus se répète de mois en mois et d’années en années. Il y a d’autres activités dans un club photo mais la “routine” la plus importante est bien celle-là.

L’informatique, le numérique et les réseaux sociaux ainsi que les sites spécialisés en photographie comme Instagram ou FlickR sont maintenant sur nos ordinateurs, tablettes et téléphones. Les images à visualiser se comptent par milliards et viennent du monde entier. Youtube fourmille de tutos sur la technique photographique amateur et professionnelle. Certains youtubers mettent leurs formations, gratuites ou payantes, à disposition sur internet. Que reste-t-il aux clubs photos d’original et de gratifiant ?  Peut-être le plaisir de se retrouver ensemble dans des séances hebdomadaires souvent répétitives et quelquefois assez ennuyeuses. De nos jours, a-t-on besoin d’un club pour voir des photos ? Pour apprendre les subtilités du triangle d’exposition ou de la règle des tiers ? Sans un fonctionnement modernisé, certains clubs photos resteront routiniers, la moyenne d’âge s’élèvera dangereusement et, pour prendre une métaphore ferroviaire, ces clubs se transformeront au fil des années en “associations des anciens de la vapeur”. Un constat sûrement un peu excessif qui supporterait facilement des avis contraires. J’en suis conscient. 

je rêve d’un club fonctionnant sous forme de “rencontres” entre photographes amateurs travaillant chacun sur un projet photographique personnel et annuel, échangeant entre eux pour avoir des avis et conseils sur leur projet en cours et sur leurs images.  Ces travaux se finalisant par l’impression du projet en livre photo ou tirages d’exposition. Autour de ces projets individuels peuvent être organisées des séances de formations corrélées aux projets personnels des adhérents. Seule, la formation de grands débutants serait une routine annuelle dans le club photo. je pense que ce mode de fonctionnement permettrait peut-être d’intéresser, de motiver et, à terme, de rajeunir l’effectif de certains clubs.

Vous pouvez vous inscrire à la newletter pour être tenu au courant de la sortie des articles du blog.